Juliette Drouet à Victor Hugo, 1er juin mardi matin 8 h1/2 1847

Zoom
Voir tous les visuels (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 1er juin mardi matin 8 h1/2 1847
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 1er juin mardi matin 8h [1847] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 1er juin mardi matin 8h [1847] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 1er juin mardi matin 8h [1847] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 1er juin mardi matin 8h [1847] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Others visuals (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 1er juin mardi matin 8 h1/2 1847
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite)
Datation
En 01–06–1847
Museum
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Creator(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Dates
En 01061847
Century
Object type(s)
Type(s)
Museum number
a7914
Juliette Drouet à Victor Hugo, 1er juin mardi matin 8 h1/2 1847

Detailed informations

Creator(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Production date
En 01061847
Century
Object type(s)
Type(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 21 cm
  • Largeur : 13.5 cm
Description

4 Feuillets

Markings, inscriptions, punches
Inscription - 1er juin [1847], mardi matin, 8 h. ½Bonjour, mon Toto chéri, bonjour mon cher bien-aimé, bonjour. Je compte sur l’Académie tantôt pour me rabibocher un peu de la soirée d’hier. Ma vie se passe à espérer et à regretter un bonheur qui ne vient pas. Plus je le désire et moins il vient. Il paraît que je lui fais peur, ce qui ne m’étonne pas. Je continue à avoir un mal de gorge sterling qui se complique maintenant d’un rhume de cerveau. Je voudrais bien enfin sortir de cette phase d’indisposition et de bobos qui m’agacent et me rendent insupportable à moi-même. Tu n’as pas emporté ta brosse et ton odontine [1] cette nuit. Est-ce par oubli, ou si tu veux qu’on te les porte chez toi en même temps que tes autres affaires ? Je pensais qu’Eulalie serait peut-être venue travailler cette semaine mais je ne la vois pas. Il ne me reste que Suzanne à t’offrir, tu verras à te décider.Mon Toto bien-aimé, je suis triste dans le fond de l’âme car je ne te vois pas, et le peu de moments que tu passes avec moi, tu es si distrait et si préoccupéa que je ne peux pas échanger une seule parole ni une seule caresse avec toi. Cela finitb par m’abrutir et me rendre méchante. Je me résiste le plus que je peux mais il vient un moment où le mécontentement de mon cœur l’emporte sur mon courage et sur ma résignation et où je deviendrais féroce. Est-ce que tu ne pourrais pas, pendant les quelques minutes que tu passes avec moi, faire trêve à ton travail et à tes rêveries et me donner un peu de bonheur et d’amour ? Dis mon Toto adoré ? Je t’assure que j’en ai bien besoin.JulietteMVH, α 7914Transcription de Nicole Savya) « préocupé ».b) « fini ».Notes[1] « Opiat utilisé pour l’entretien des dents », selon le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse.
Acquisition method
Acquisition date
01121967
Museum number
a7914

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page