Juliette Drouet à Victor Hugo, 3 octobre mercredi matin 11h 1849

Zoom
Voir tous les visuels (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 3 octobre mercredi matin 11h 1849
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 3 octobre mercredi matin 11h [1849] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 3 octobre mercredi matin 11h [1849] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 3 octobre mercredi matin 11h [1849] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Juliette Drouet a Victor Hugo ; 3 octobre mercredi matin 11h [1849] ; Maison Victor Hugo - Paris© Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Others visuals (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 3 octobre mercredi matin 11h 1849
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite)
Datation
En 03–10–1849
Museum
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Creator(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Dates
En 03101849
Century
Object type(s)
Type(s)
Museum number
a8285
Juliette Drouet à Victor Hugo, 3 octobre mercredi matin 11h 1849

Detailed informations

Creator(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Production date
En 03101849
Century
Object type(s)
Type(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 20.2 cm
  • Largeur : 13 cm
Description

4 Feuillets

Markings, inscriptions, punches
3 octobre [1849], mercredi matin, 11h.Je suis si triste et si démoralisée que je ne sais pas ce que je veux et ce que je fais. Depuis ce matin j’ai pris plus de cent résolutions qui ne me satisfont pas plus l’une que l’autre. Je désire et je redoute de te voir tout à la fois. J’ai tellement la conscience de ma ridicule peine d’ hier que je crains de me retrouver devant toi. Ma crainte de te paraître odieuse est tellement forte, que si j’avais le moyen de me soustraire à ce malheur, je l’engloutirais coûte que coûte. Te voir, mon cher bien aimé, que je ne suis pas encore revenue à mon état naturel, et que j’ai raison de redouter ta présence dans ce moment-là. Il me semble que tout est renversé dans mon esprit, mes pensées ne la tiennent pas debout, et tous les efforts que je fais pour retrouver mon sang froid et ma résignation n’aboutissent qu’à m’agiter d’avantage. J’aurais mieux fait de ne pas essayer à te gribouiller ces quelques lignes, pour ne pas te montrer le désordre moral dans lequel je suis tombée. Pardonne-moi le nouveau tort involontaire, mon cher adoré, et tâche de m’aimer malgré tout ce que je fais pour t’en empêcher. Juliette MVHP,Ms, a8285Transcription de Michèle Bertaux.
Acquisition method
Acquisition date
01121967
Museum number
a8285

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page