Table bureau dit Mazarin

Zoom
Voir tous les visuels (7)
Table bureau dit Mazarin
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : vue d'ensemble". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : guichet central". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : plateau". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : côté gauche". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : côté droit". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : estampille sous un tiroir". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Nicolas Sageot. "Bureau en marqueterie Boulle : estampille sous un tiroir". Musée des Beaux-Art de la Ville de Paris, Petit Palais.© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (7)
Arabesque(s) - Grotesque - Singe - Chimère - Oiseau
Table bureau dit Mazarin
Sageot, Nicolas
Datation
Vers 1700 — 1720
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Auteur(s)
Sageot, Nicolas (en 1666 - en 1731), ebéniste
Dates
Vers 1700 1720
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Exposé
Petit Palais Rez-de-Jardin Salle 09
Numéro d’inventaire
ODUT1500

Informations détaillées

Auteur(s)
Sageot, Nicolas (en 1666 - en 1731), ebéniste
Date de production
Vers 1700 1720
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 78 cm
  • Largeur : 128.5 cm
  • Profondeur : 70 cm
Description

Bureau mazarin à plan rectangulaire : façade à un tiroir en ceinture surmontant un abattant et deux caissons à trois tiroirs chacun ; huit pieds en gaine achevés en toupies et réunis par entretoises en "X" ; montants en balustre.

Marques, inscriptions, poinçons
Estampille - Estampille répétée trois fois sous le tiroir inférieur droit : "NICOLAS-SAGOET" (en cercle)
Estampille - Estampille répétée deux fois sous le tiroir inférieur gauche : "NICOLAS-SAGOET" (en cercle)
Description iconographique

Le découpage de couches superposées de laiton et d'écaille produit un décor en première partie et en contrepartie, l'un étant le négatif de l'autre. l'écaille de tortue, naturellement brune doit être posée sur une couche teintée pour prendre la couleur rouge.L'ensemble de cette marqueterie à décor d'arabesques (motifs de grotesques, singes, chimères ailées, mascarons feuillagés, oiseaux fantastiques) s'inspire des dessins gravés de Jean Bérain (1640-1711) et Claude Audran (1658-1734).Les panneaux, sans doute fournis aux ébénistes par des marqueteurs possédant leurs modèles et produisant en série, doivent parfois être adaptés aux dimensions du meuble par l'ajout de bandes de métal et d'écaille, comme sur les panneaux latéraux de ce bureau.

Commentaire historique

En dépit de son appellation tardive de bureau Mazarin, ce type de bureau à huit pieds n'apparaît probablement que vers 1670-1680, longtemps après la mort du cardinal ministre. Il présente deux caissons latéraux à trois tiroirs, reposant chacun sur quatre pieds réunis par une entretoise. Un tiroir de ceinture au milieu surmonte un guichet ouvrant ici par un abattant. / Nicolas Sageot (1666-1731) devient maître ébéniste à Paris en 1706. Il est l'un des rares à apposer une estampille sur ses meubles, bien avant 1751 où un édit la rend en principe obligatoire. Dès 1720 Sageot liquide son atelier et vit dans une certaine aisance avant de sombrer dans la folie en 1723. / Son œuvre s'inscrit dans la tradition de marqueterie illustrée par André-Charles Boulle (1642-1732) et inspirée de décors d'arabesques de Jean Bérain (1640-1711), dessinateur du Roi. Le découpage de couches superposées de laiton et d'écaille produit un décor en première partie et un en contrepartie, l'un étant en quelque sorte le négatif de l'autre. L'écaille de tortue, naturellement brune, doit être superposée à une couche teintée pour prendre la couleur rouge. / Les panneaux, sans doute fournis aux ébénistes par des marqueteurs possédant leurs modèles et produisant en série, doivent parfois être adaptés aux dimensions du meuble par l'ajout de bandes de métal et d'écaille, comme sur les panneaux latéraux de ce bureau.

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1902
Numéro d’inventaire
ODUT1500
Exposé
Petit Palais Rez-de-Jardin Salle 09

Prolongement

Exposition(s)

Titre
André Charles Boulle (1642-1732) et l'art de son temps, un nouveau style pour l'Europe (Francfort-sur-le-Main)
Dates
28/10/2009 - 31/01/2010
Institution
Museum für Angewandte Kunst (Frankfurt)
Titre
Colbert au pavillon de l'Aurore (Sceaux)
Dates
10/05/1983 - 30/09/1983
Institution
Musée de l'Ile-de-France

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Lieu d'exécution / réalisation

Sujet représenté

Retour vers le haut de page