La Vallée des larmes

Zoom
Voir tous les visuels (2)
La Vallée des larmes
Gustave Doré (1832-1883). "La Vallée de larmes". Huile sur toile. 1883. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Gustave Doré (1832-1883). "La Vallée de larmes (détail)". Huile sur toile. 1883. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Scène du Nouveau Testament - Christ rédempteur - Croix - Paysage montagneux ou rocheux - Foule
La Vallée des larmes
Doré, Gustave
Datation
En 1883
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Auteur(s)
Doré, Gustave (Strasbourg, 06–01–1832 - Paris, 23–01–1883), peintre
Dates
En 1883
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Exposé
Petit Palais Rez-de-Jardin Salle 06
Numéro d’inventaire
PDUT1437

Informations détaillées

Auteur(s)
Doré, Gustave (Strasbourg, 06–01–1832 - Paris, 23–01–1883), peintre
Date de production
En 1883
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 413.5 cm
  • Largeur : 627 cm
Dimensions - Cadre
  • Hauteur : 462 cm
  • Largeur : 675 cm
  • Epaisseur : 13 cm
Description iconographique

Cette immense toile s'inspire de l'Evangile selon Saint-Matthieu. Une foule de personnages, souverains et mendiants, enfants et vieillards, hommes et femmes, se presse sur les pentes abruptes d'un paysage aride et montagneux. Personnifiant l'humanité souffrante, ils se dirigent vers la figure du Christ rédempteur portant sa croix auréolé d'un halo de lumière. Leurs vêtements évoquent le Moyen Orient, berceau de la Chrétienté.

Commentaire historique

Catholique par tradition familiale et de tempérament angoissé, Gustave Doré a cherché l’apaisement dans la foi chrétienne. Sa fascination pour le Christ éclate dans les peintures de la Doré Gallery. Celle-ci se compose d’une vingtaine de grandes toiles commandée à l’artiste en 1867, à la suite de l’énorme succès de sa Sainte Bible illustrée. Comme Manet, né et mort la même année que lui, Doré est éreinté par la critique qui ne comprend ni la singularité de son réalisme visionnaire, ni l’intelligence visuelle de ses mises en scène. C’est à Londres, grâce à l’ouverture de la Doré Gallery de 1869 à 1892, puis aux Etats-Unis, que cet oeuvre trouve une audience plus favorable. Au cours de ses vingt-quatre années d’existence, la Doré Gallery et sa vingtaine de toiles a reçu environ deux millions et demi de visiteurs. En 1892, la plupart des peintures ont été envoyées aux États-Unis pour être présentées dans une exposition itinérante jusqu’en 1898. Puis l’oubli tombe sur elles. Elles sont retrouvées en 1947 dans un entrepôt de Manhattan, vendues aux enchères et dispersées.

Personne / Personnage représenté
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
22101984
Numéro d’inventaire
PDUT1437
Exposé
Petit Palais Rez-de-Jardin Salle 06

Prolongement

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Theme representé

Lieu représenté

Retour vers le haut de page