Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890.

Zoom
Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890.
Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890. Photographie de Pierre Emonts ou Emonds (1831-1912). Tirage sur papier albuminé. 5 septembre 1890. Paris, musée Carnavalet.© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890.
Emonts ou Emonds, Pierre
Datation
En 05–09–1890
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Auteur(s)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Dates
En 05091890
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
PH8983
Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890.

Informations détaillées

Auteur(s)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Date de production
En 05091890
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 22.3 cm
  • Largeur : 17 cm
Dimensions - Montage d'origine
  • Hauteur : 30.3 cm
  • Largeur : 24.7 cm
Dimensions - Passe-partout du musée
  • Hauteur : 40 cm
  • Largeur : 30 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Inscription concernant le titre - Au recto du montage, en bas à gauche, manuscrite à l'encre noire attribuée à Emonts : "Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Sept 1890. (par P. Emonts phot.)". \ Inscription à l'encre
Description iconographique

Portrait de Mr E. Rattier, sur son lit de mort le 5 Septembre 1890. Vue rapprochée du visage du défunt, la tête recouverte d'un linge blanc.

Commentaire historique

Il s'agit probablement d'Edmond RATTIER est né à Paris en 1822 pour y mourir en 1890. Il entre dans les Zouaves en 1843. Il est sergent du 48e de ligne lorsque ses compagnons le désigne en mai 1849, ainsi que son camarade Jean-Baptiste Boichot, pour se présenter sur la liste démocratique-socialiste aspirant à l'union du Peuple et de l'Armée. Ils acceptent malgré les pressions du pouvoir militaire et sont élus avec succés, le remportant sur un maréchal de France! Ses engagements politiques auprès de Ledru-Rollin contre la marche sur Rome l'oblige à fuir à Londres en juin 1849 où il devient chapelier. La haute cour de Versailles le condamne à la déportation par contumace. Il est amnistié en 1859 mais revient bien plus tard en France.

Mode d'acquisition
Numéro d’inventaire
PH8983

Indexation

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page