Arènes de Lutèce, rue des Arènes, 5ème arrondissement, Paris. Mur à deux niches de soutènement dans l'entrée sud de l'amphithéâtre près de la rue de Navarre. 26 mai 1883.

Auteur(s)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Dates
En 1883
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
PH17312
Arènes de Lutèce, rue des Arènes, 5ème arrondissement, Paris. Mur à deux niches de soutènement dans l'entrée sud de l'amphithéâtre près de la rue de Navarre. 26 mai 1883.

Informations détaillées

Auteur(s)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Autre titre :
Arènes. Vue perspective du mur à 2 niches, regardant la rue de Navarre. 26 mai 1883. (Titre inscrit (lettre))
Date de production
En 1883
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 28.7 cm
  • Largeur : 23.7 cm
Dimensions - Montage d'origine
  • Hauteur : 47.9 cm
  • Largeur : 31.5 cm
Description

Tirage contrecollé sur montage ancien.

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Au recto du montage, en bas à gauche inscription manuscrite au crayon : "Arènes. Vue perspective du mur à 2 niches, regardant la rue de Navarre. 26 mai 1883.". \ Inscription au crayon
Tampon - Au recto du montage, en bas, à gauche, à l'encre rouge : "VILLE / DE / PARIS". Cf. Lugt Suppl. 2012c. \ Inscription à l'encre
Description iconographique

Arènes de Lutèce, rue des Arènes, 5ème arrondissement. Vue surles deux niches de soutènement circulaires du mur occidental de la grande entrée sud lors de la campagne de 1883 sur le tiers subsistant des "arènes". Au second plan, vue sur la rue de Navarre.

Commentaire historique

Ce qu'on appelle les "arènes" de Lutèce est en fait un amphithéâtre à scène daté de la fin du IIème siècle après JC (édifice détruit en partie en 285). L'amphithéâtre est abandonné au IVème siècle et des sépultures sont alors établies (ce qui explique les photos de squelettes). Une première campagne de fouille, sous la direction de Théodore Vacquer (avec lequel Emonts a beaucoup travaillé), débute en 1869-1870 lorsque les travaux pour le percement de la rue Monge mettent à jour les "arènes". Une polémique s'ensuit car le terrain où se trouve le site est destiné à la Compagnie des Omnibus. Finalement malgré le combat de la Société des Arènes qui avaient installé un bureau et un musée sur le site, le podium de l'amphithéâtre est détruit pour la construction des maisons de la rue Monge et du dépôt de la Compagnie des Omnibus. Une deuxième campagne de fouille a lieu en 1883 lors de nouveaux travaux d'urbanisme mettant à jour le dernier tiers subsistant des vestiges des "arènes". La municipalité, sous la pression de l'opinion publique et de personnalités comme Victor Hugo et Victor Duruy, ne souhaitant pas un nouveau scandale, décide la conservation des vestiges et la reconstruction d'une partie de ceux qui avaient disparus (1917-1918) sous le contrôle scientifique du Docteur Capitan. Le couvent des Anglaises (Notre-Dame de Sion) installé rue du cardinal-Lemoine au XVIIème siècle, s'étendant sur la partie nord-ouest des "arènes", est exproprié en 1860 pour la future rue Monge.

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
01071883
Numéro d’inventaire
PH17312

Indexation

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page