Portrait présumé de Madame Marie-Alexandre Vincent et de son fils André

Zoom
Portrait présumé de Madame Marie-Alexandre Vincent et de son fils André
Marie-Gabrielle Capet (1761-1818). "Portrait présumé de Madame Marie-Alexandre Vincent et de son fils André, vers 1800". Gouache sur papier. Paris, musée Cognacq-Jay.Crédits photographiques : Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Portrait présumé de Madame Marie-Alexandre Vincent et de son fils André
Capet, Marie-Gabrielle
Datation
Vers 1800
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Attribué à Capet, Marie-Gabrielle (Lyon, en 1761 - Paris, en 1818), dessinateur
Dates
Vers 1800
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
J 178
Portrait présumé de Madame Marie-Alexandre Vincent et de son fils André

Informations détaillées

Auteur(s)
Attribué à Capet, Marie-Gabrielle (Lyon, en 1761 - Paris, en 1818), dessinateur
Anciennement attribué à Mayer, Constance (Paris, 1775 - Paris, 1821), dessinateur
Autre titre :
Jeune femme et enfant (Titre ancien (périmé))
Date de production
Vers 1800
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 45 cm
  • Largeur : 34 cm
Description iconographique

Sur le mur, derrière la jeune femme, est accroché un grand dessin, rehaussé de blanc, représentant "Le Président Molé arrêté par les factieux". Il s'agit soit de l’étude préparatoire de François-André Vincent pour le célèbre tableau commandé en 1778 par le comte d'Angiviller, directeur des Bâtiments, et exposé au Salon de 1779 (Paris, Palais-Bourbon et réplique exécutée en 1780 pour les héritiers du président Molé, toujours conservée au château de Champlâtreux), soit d'une belle répétition autographe de cette esquisse. La présence de cette oeuvre dans la gouache du musée Cognacq-Jay permet d'envisager deux hypothèses. La première, suggérée par Jean-Pierre Cuzin (communication orale), serait que les héritiers du président Molé aient possédé aussi une réplique du dessin, acquise auprès de Vincent ou offerte par lui, et que le portrait anonyme de cette jeune mère soit celui d'une descendante du célèbre magistrat. Mais on peut également supposer que le modèle appartenait à la famille du peintre Vincent et que le portrait a été exécuté dans l'appartement de l'artiste.La jeune femme représentée pourrait être Madeleine Fouque, femme de Marie-Alexandre Vincent, directeur des Contributions directes et frère puîné du peintre, avec leur fils, André Vincent. Cependant, il pourrait également s’agir de Virginie Barry, épouse d’Auguste-François-Alexis Griois, neveu du peintre (la soeur de Vincent, Catherine-Suzanne, avait épousé François Griois). Le petite garçon serait alors Auguste Griois (cf. Burollet, Thérèse, 2008, p.49-50).

Personne / Personnage représenté
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 178

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page