Portrait d'une jeune femme au chapeau jaune

Zoom
Portrait d'une jeune femme au chapeau jaune
Jean-Alexandre Boquet , dit le Jeune, (attribué à) (1752 - 1828). Portrait d'une jeune femme au chapeau jaune. Aquarelle et gouache sur ivoire. Paris, musée Cognacq-Jay.Crédits photographiques : Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Portrait d'une jeune femme au chapeau jaune
Boquet, Jean-Alexandre (dit le Jeune)
Datation
Vers 1795
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Attribué à Boquet, Jean-Alexandre (dit le Jeune) (Paris, 31–03–1752 - Paris, 22–01–1828), peintre
Dates
Vers 1795
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
J 705
Portrait d'une jeune femme au chapeau jaune

Informations détaillées

Auteur(s)
Attribué à Boquet, Jean-Alexandre (dit le Jeune) (Paris, 31–03–1752 - Paris, 22–01–1828), peintre
Anciennement attribué à Filleul, Anne-Rosalie (née Boquet) (Paris, en 1752 - Paris, en 1794), peintre
Date de production
Vers 1795
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Diamètre : 6.7 cm
Description

Miniature circulaire dans un cadre de même forme, probablement en laiton doré.

Marques, inscriptions, poinçons
Signature - Signé en bas à droite en noir : "Boquet"
Description iconographique

L'élément principal de la parure de cette jeune femme est son chapeau de paille recouvert d'un tissu bleu, dit "chapeau à l'Egalité", à la mode vers 1795-1797.

Commentaire historique

Plusieurs artistes se firent connaître sous le nom de "Boquet" ou "Bocquet" au XVIIIème siècle. On a pris l'habitude, en particulier depuis le catalogue de la collection David-Weill en 1957, d'attribuer les miniatures portant ce patronyme à Anne-Rosalie Filleul, née Bocquet ou Boquet (Paris, 1752 - Paris, 1794). Cependant, les deux miniatures du musée Cognacq-Jay, dont chacune est signée "Boquet", ont été réalisées par le même artiste, l'une en 1789 et celle qui nous intéresse ici vers 1795-1797, donc après la mort d'Anne-Rosalie, ce qui exclut une attribution à cette dernière. Bien des miniatures signées "Boquet" dans les années révolutionnaires sont probablement d'un homonyme du même âge, qui pourrait être son cousin, Jean-Alexandre Boquet le jeune. Aucune miniature certaine de lui n'est connue à ce jour, mais il en exposa au Salon de 1793. C'est pourquoi son nom est suggéré avec prudence (cf. Lemoine-Bouchard, Nathalie, "Les Miniatures", Paris, Paris-Musées, 2002, p.46).

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 705

Indexation

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page