L'Abreuvoir

Zoom
L'Abreuvoir
Hubert Robert (1733-1808). "L'Abreuvoir". Huile sur toile, 1804. Paris, musée Cognacq-Jay.Crédits photographiques : Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
L'Abreuvoir
Robert, Hubert
Datation
En 1804
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Robert, Hubert (22–05–1733 - Paris, 15–04–1808), peintre
Dates
En 1804
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 9
Numéro d’inventaire
J 100

Informations détaillées

Auteur(s)
Robert, Hubert (22–05–1733 - Paris, 15–04–1808), peintre
Date de production
En 1804
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 60 cm
  • Largeur : 73 cm
Description

Huile sur toile ovale, agrandie au rectangle

Marques, inscriptions, poinçons
Signature - Signé à gauche, sur le tombeau : "D.M.H. Robert hoc sibi suisque parentibus sepulchrum erexit 1804"
Date - Daté à gauche, sur le tombeau : "D.M.H. Robert hoc sibi suisque parentibus sepulchrum erexit 1804"
Commentaire historique

"L’Abreuvoir", daté de 1804, a été considéré comme le pendant d’origine d’un autre tableau conservée au musée Cognacq-Jay, "L’Accident". Ce dernier, non daté, est-il le tableau du même sujet exposée au Salon de 1793 ? Ou celui commandé par Antoine Le Pelletier de Liancourt pour le château de Villers-Hélon ? Dans les deux cas, les toiles du musée Cognacq-Jay n’auraient été associées qu’au tout début du XIXème siècle. Cependant, deux toiles signées d’Hubert Robert, similaires aux tableaux Cognacq-Jay mais de dimensions différentes, ont été vendues à Paris, le 4 mars 1961 (palais Galliera, "L’Imprudent", n°7 bis, fig. pl. VI et "L'Abreuvoir antique", n°7, ter, fig. pl. VI). D’après le catalogue de la vente, cette version de "L’Abreuvoir" porte la date de 1800. Nous ne connaissons pas ces deux pendants, non localisés, et n’en avons vu que des photographies médiocres qui ne permettent guère de juger de leur facture. Si elles sont bien autographes et si la date mentionnée a été lue correctement, ces deux œuvres, peintes quatre ans avant les tableaux Cognacq-Jay, seraient les originaux et "L’Abreuvoir" du musée Cognacq-Jay une belle réplique, évidemment de la main de l’artiste (cf. Burollet, Thérèse, 2004, p.273).

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 100
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 9

Prolongement

Lié à Archive / Œuvre

Œuvre en rapport

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page