Bergère, dite "à la Reine"

Zoom
Bergère, dite "à la Reine"
Jean-Baptiste Tillard. Bergère dite à la Reine, en hêtre, en velours abricot à coussin mobile et clous décoratifs (vue d'ensemble sur fond clair), vers 1760. Paris, musée Cognacq-Jay.Crédits photographiques : Philippe Joffre / Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Bergère, dite "à la Reine"
Tilliard, Jean-Baptiste (dit Jean-Baptiste I Tilliard)
Datation
Vers 1760
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Dates
Vers 1760
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
J 428

Informations détaillées

Auteur(s)
Autre titre :
Paire de bergères, dite "à la Reine" (titre de l'ensemble) (Titre de l'ensemble)
Date de production
Vers 1760
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 98 cm
  • Largeur : 73 cm
  • Profondeur : 63 cm
Description

Bergère, dite "à la Reine", d'une paire (voir aussi inv. J 427 - n° d'objet COGJ427). Les bergères qui composent cette paire ont des dimensions identiques. La bergère, apparue vers 1725, connaît une grande vogue au XVIIIème siècle. Large, pourvue d'accotoirs pleins situés en arrière du bord antérieur du siège pour donner plus d'aisance aux femmes vêtues de robes à panier, elle est, avec son coussin mobile, ses accotoirs pleins à manchettes, une manifestation du goût grandissant de la société pour le confort.Du point de vue stylistique, les deux sièges relèvent d'une esthétique Louis XV assagie : assise trapue, sinuosité des lignes de la ceinture avec traverse basse à dépression centrale, dossier cintré légèrement épaulé, regroupement du décor sculpté d'inspiration naturaliste au sommet des pieds (coquilles fleuries) et au centre des traverses de l'assise et du dossier, pieds cambrés à nervures terminés par des palmettes. Toutefois, comme à l'époque rocaille, les consoles à volutes moulurées demeurent très en retrait des pieds antérieurs.

Marques, inscriptions, poinçons
Estampille - Estampille au revers de la traverse arrière : (TILLIARD)
Numéro - Sur la traverse arrière, numéro à l'encre rouge : "128"
Description iconographique

Décor sculpté d'inspiration naturaliste au sommet des pieds (coquilles fleuries) et au centre des traverses de l'assise et du dossier, pieds cambrés à nervures terminés par des palmettes.

Commentaire historique

La comparaison des dimensions, des estampilles et de la patine du hêtre atteste que les deux sièges forment une paire véritable, c'est-à-dire qu'ils ont été fabriqués ensemble pour se "faire pendant", avec de légères variantes dans le décor sculpté : roses pour l'un, marguerites pour l'autre, etc. L'estampille frappée sur la ceinture ne permet pas de savoir avec certitude si c'est l'oeuvre de Jean-Baptiste I Tilliard ou de son fils Jacques-Jean-Baptiste dit Jean-Baptiste II Tilliard, reçu maître en 1752, mais qui ne fit enregistrer sa maîtrise qu'en 1764.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 428

Indexation

Datation en siècle

Style / Mouvement

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page