Annette et Lubin

Zoom
Annette et Lubin
Pierre-Antoine Baudoin (d'après). "Annette et Lubin". Gouache sur papier. Paris, musée Cognacq-Jay.Crédits photographiques : Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Annette et Lubin
Ecole française
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Ecole française, dessinateur
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
J 129

Informations détaillées

Auteur(s)
Ecole française, dessinateur
Baudouin, Pierre-Antoine (Paris, en 1723 - Paris, en 1769), auteur du modèle
Autre titre :
Les Raisins (Titre ancien (périmé))
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 29.4 cm
  • Largeur : 22.5 cm
Dimensions - Cadre
  • Hauteur : 45.5 cm
  • Largeur : 39 cm
  • Profondeur : 6.5 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Marque de collection - À l'arrière : "C 1"
Description iconographique

Cette gouache illustre une scène de l'opéra-comique "Annette et Lubin" écrit par l'actrice Marie-Justine-Benoîte Favart d'après une idylle villageoise des "Contes moraux" de Jean-François Marmontel (1761). La première représentation de cette comédie pastorale eut lieu le 15 février 1762, à Paris, au Théâtre-Italien. Elle reçut un accueil enthousiaste et fut l'objet de nombreuses adaptations et traductions. Elle inspira également d'autres artistes de la même époque : Jean-Honoré Fragonard, Carle Van Loo, Louis Watteau de Lille, Philibert-Louis Debucourt, etc. (cf. Burollet, Thérèse, 2008, p.29). Baudouin a illustré ici la scène IV où les deux cousins se confient leurs sentiments tandis que, derrière les buissons, le Bailli les épie avant de les dénoncer.Le thème d'un tiers observant ou découvrant un couple d'amoureux caché à l'abri d'un bosquet, est fréquent dans les oeuvres du XVIIIème siècle.

Commentaire historique

Pierre-Antoine Baudouin expose au Salon de 1765 deux gouaches de style champêtre, intitulées "Les Cerises" et "Annette et Lubin", que Nicolas Ponce grave en contrepartie, vers 1775. Les deux gouaches originales, en pendant, sont vraisemblablement celles qui sont passées en vente, à Paris, le 22 novembre 1972 (palais Galliera, n°2 et 3, fig.). La gouache du musée Cognacq-Jay est une copie d'"Annette et Lubin", exécutée d'après la gravure de Nicolas Ponce, en sens inverse de l'oeuvre originale.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 129

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page