Vase gu 觚

Zoom
Vase gu 觚
"Vase gue". Bronze. Chine, dynastie des Shang. Paris, musée Cernuschi.© Stéphane Piera / Musée Cernuschi / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Cigale - Taotie - Leiwen - Oiseau
Vase gu 觚
Anonyme
Datation
Entre -1300 et -1050
Musée
Musée Cernuschi, musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris
Auteur(s)
Anonyme, fondeur
Dates
Entre -1300 et -1050
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Numéro d’inventaire
M.C. 7808

Informations détaillées

Auteur(s)
Anonyme, fondeur
Date de production
Entre -1300 et -1050
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 29.5 cm
  • Diamètre : 14.9 cm
Description

Aucune référence ancienne ne permet de désigner comme gu ce type de gobelet. Cette appellation dérive de la littérature de l’époque des Song (960-1279). Associés dans les tombes de la dynastie des Shang (vers 1550-vers 1050 av. J.-C.) aux verseuses jue et aux vases jia, les gu devaient vraisemblablement permettre d’accomplir des libations de boissons fermentées. De forme trapue à l’époque de Erligang (vers 1550-vers 1300 av. J.-C.), leur silhouette s’affine au cours de l’époque de Anyang (vers 1300-vers 1050 av. J.-C.). Le gu du musée Cernuschi appartient à la dernière phase de cette évolution, son décor le rapprochant de nombreux gobelets de la fin de la dynastie des Shang.Sur le pied et l’anneau central, des masques de taotie éclatés, aux éléments en relief, se détachent sur un fond de motifs de spirales carrées. Les quatre longs éléments triangulaires qui ornent le col sont interprétés par la plupart des auteurs comme représentant des ailes de cigales. De petites arêtes crantées verticales scandent l’anneau central et le pied. Quatre petits oiseaux, affrontés deux à deux, figurent sur le registre à la base du col et constituent une originalité exceptionnelle. Ce bandeau porte le plus souvent des vers à soie ou plus rarement des dragons.À l’époque des Zhou de l’Ouest (vers 1050-770 av. J.-C.), l’utilisation du gu tombera en désuétude, avant même l’importante mutation religieuse du milieu du IXe siècle.

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription
Description iconographique

Aucune référence ancienne ne permet de désigner comme gu ce type de gobelet. Cette appellation dérive de la littérature de l’époque des Song (960-1279). Associés dans les tombes de la dynastie des Shang (vers 1550-vers 1050 av. J.-C.) aux verseuses jue et aux vases jia, les gu devaient vraisemblablement permettre d’accomplir des libations de boissons fermentées. De forme trapue à l’époque de Erligang (vers 1550-vers 1300 av. J.-C.), leur silhouette s’affine au cours de l’époque de Anyang (vers 1300-vers 1050 av. J.-C.). Le gu du musée Cernuschi appartient à la dernière phase de cette évolution, son décor le rapprochant de nombreux gobelets de la fin de la dynastie des Shang.Sur le pied et l’anneau central, des masques de taotie éclatés, aux éléments en relief, se détachent sur un fond de motifs de spirales carrées. Les quatre longs éléments triangulaires qui ornent le col sont interprétés par la plupart des auteurs comme représentant des ailes de cigales. De petites arêtes crantées verticales scandent l’anneau central et le pied. Quatre petits oiseaux, affrontés deux à deux, figurent sur le registre à la base du col et constituent une originalité exceptionnelle. Ce bandeau porte le plus souvent des vers à soie ou plus rarement des dragons.À l’époque des Zhou de l’Ouest (vers 1050-770 av. J.-C.), l’utilisation du gu tombera en désuétude, avant même l’importante mutation religieuse du milieu du IXe siècle.

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1933
Numéro d’inventaire
M.C. 7808

Prolongement

Indexation

Artiste / Auteur

Type(s) d'objet(s)

Fonction / Utilisation 

Matériaux et techniques

Lieu d'exécution / réalisation

Sujet représenté

Retour vers le haut de page