Bloc quandrangulaire du pilier dit "aux armes de Mars"

Zoom
Bloc quandrangulaire du pilier dit "aux armes de Mars"
Bloc du monument dit "Aux armes de Mars". Calcaire. Epoque gallo-romaine, Haut-Empire. Paris, musée Carnavalet.Paris Musées / Musée Carnavalet. Photo Stéphane Piera
X
Zoom
Autre visuel (1)
Bloc quandrangulaire du pilier dit "aux armes de Mars"
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
AP50
Bloc quandrangulaire du pilier dit "aux armes de Mars"

Informations détaillées

Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Date de découverte
En 1867 1897
Lieu de découverte
Commentaire sur le lieu de découverte

1er - 4e arrondissement, Ile de la CitéHôtel-DieuTrouvé sous l'ancienne rue des Marmouzets disparue lors de la construction de l'Hôtel-Dieu (1867-1877), à l'angle de la rue d'Arcole et du parvis Notre-Dame, à l'emplacement de l'église de St Pierre aux Boeufs.

Dimensions - Œuvre
  • Largeur : 58 cm
  • Hauteur : 93 cm
  • Profondeur : 59 cm
Description

Bloc quadrangulaire sculpté, enfant tenant une cnémide.

Marques, inscriptions, poinçons
Numéro d'inventaire - En haut à droite au revers : "AP50"
Description iconographique

L'une des faces est décorée d'un motif de feuilles imbriquées.L'autre face comporte la représentation d'un jeune enfant nu, de trois quarts, le pied gauche appuyé sur un élément cubique. Cette position met en valeur la cnémide ou jambière qui protège sa jambe gauche tandis qu'il essaye de suspendre une seconde cnémdi au mur. Cette scène, associée aux autres blocs, a permis d'y lire une image allégorique du triomphe de l'Amour sur la force guerrière, ici figurée sous les traits de jeunes enfants faisant partie du cortège de Vénus et s'amusant des armes dérobées à Mars, dieu de la Guerre.

Commentaire historique

Les blocs forment un ensemble incomplet qu'il est difficile de restituer avec certitude. Autrefois interprété comme une porte monumentale ou un arc car seulement deux des quatre faces étaient décorées. L'ensemble est aujourd'hui considéré comme un monument funéraire. La signification historique, symbolique et la datation ont fait l'objet de nombreuses hypothèses qui restent sujettes à caution. Les bas-reliefs illustrent le thème iconographique de "Mars désarmé par les Amours" (il manque deux des scènes traditionnelles, celles des Amours emportant la lance et la cuirasse du dieu). L'iconographie de Mercure dénote un particularisme régional bien marqué : le dieu tient une tête de bouc au lieu du caducée (son attribut habituel) et le triple visage (un frontal et deux latéraux) témoignent d'une expression artistique et religieuse guidée par la symbolique ternaire de la tradition celtique. On retrouve le motif des feuilles imbriquées sur plusieurs vestiges exhumés à Lutèce, en Ile de France (Genainville, Champlieu, Meaux) et dans l'Est des Gaules. Ces fragments de monument ont été découverts hors de leur contexte d'origine et pourraient avoir été remployés dans une construction de l'île de la Cité. En 1867, Théodore Vacquer rapporte dans son Journal que ces blocs étaient rehaussés de couleurs très vives aujourd'hui disparues.

Mode d'acquisition
Numéro d’inventaire
AP50

Prolongement

Prolongement

Exposition(s)

Titre
Lutèce, Paris de César à Clovis (Paris)
Dates
03/05/1984 - 28/05/1985
Institution
Musée Carnavalet, Histoire de Paris

Indexation

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page