Courtisane. Prima voluptas

Zoom
Voir tous les visuels (2)
Courtisane. Prima voluptas
domaine public
Zoom
domaine public
Zoom
Autres visuels (2)
Courtisane. Prima voluptas
Bourdelle, Antoine (Emile Antoine Bourdelle, dit)
Musée
Musée Bourdelle
Auteur(s)
Bourdelle, Antoine (Emile Antoine Bourdelle, dit) (Montauban, 30–10–1861 - Le Vésinet, 01–10–1929)
Type(s) d'objet(s)
Numéro d’inventaire
MBD1588.3
Courtisane. Prima voluptas

Informations détaillées

Auteur(s)
Bourdelle, Antoine (Emile Antoine Bourdelle, dit) (Montauban, 30–10–1861 - Le Vésinet, 01–10–1929)
Type(s) d'objet(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 19.4 cm
  • Largeur : 12.9 cm
Description

Deux épées croisées devant un portrait de femme dans un cadre ovale, illustration d'un exemplaire du livre "Les Damnées", de George Bois.Au verso: croquis en bandeau et cul de lampe

Marques, inscriptions, poinçons
T.IMPR. sonnet : COURTISANE / Au temps où l'on voyait, pour une bagatelle, / Les hommes, en plein jour, mettre l'épée en main, / Deux grands seigneurs, devant la maison d'une belle, / Engageaient pour l'amour un combat inhumain / L'un affirmait ses droits sur un bout de dentelle, / L'autre avait rendez-vous sur gentil parchemin : / Et les fers se croisaient pour vider la querelle, / Le sang allait rougir la poudre du chemin. / Mais, la dame soudain cria, par sa fenêtre, / Aux champions : Messieurs, hâtez-vous de remettre / Ces lames au fourreau, car j'irais en enfer / Si l'un de vous mourait! Ne perdez point la tête, / Et venez tous les deux : mon amour ne s'achète / Qu'avec l'or et l'argent, non pas avec le fer!R.T.IMPR., sonnet : 6 / PRIMA VOLUPTAS / Tu dis sans cesse : O nuit délicieuse et belle! / Et tes grands yeux noirs sont pleins de lubricité, / Depuis que cette fille, en ta fièvre charnelle, / T'a vendu pour vingt francs de fausse volupté! / Elle put aisément t'entraîner avec elle: / Fatigué de rougir de ta naïveté, / Tu brûlais de vider la coupe sensuelle, / Un absurde amour-propre a vaincu ta fierté. / Je ne la maudis point, pourtant, la courtisane / Qui colla sur ta bouche une bouche profane, / Et te communiqua sa honteuse pâleur: / Elle fit son métier. Mais je plains ta faiblesse; / Mon coeur s'emplit toujours d'une amère tristesse, / A voir dans un égout se noyer une fleur!
Commentaire historique

Dessins illustrant les pages 5 et 6 d'un exemplaire du livre de George Bois, Les Damnées

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
2002
Numéro d’inventaire
MBD1588.3
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page