Quand les guignes furent mangées

Zoom
Quand les guignes furent mangées
Emile-Antoine Bayard (1837-1891), graveur français. Quand les guignes furent mangées. Crayon noir, blanc de plom? Encre noire? Gouache, mine graphite sur papier bleuté contrecollé en plein sur papier épais. 1886. Paris, Maison de Victor Hugo.© Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Les Chansons des rues et des bois (V.Hugo)
Quand les guignes furent mangées
Bayard, Emile-Antoine
Datation
Vers 1886
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Bayard, Emile-Antoine (La Ferté-sous-Jouarre, 02–11–1837 - Le Caire, 12–1891), dessinateur
Dates
Vers 1886
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
418D

Informations détaillées

Auteur(s)
Bayard, Emile-Antoine (La Ferté-sous-Jouarre, 02–11–1837 - Le Caire, 12–1891), dessinateur
Autre titre :
Illustration pour "Les Chansons des rues et des bois" dans l'Edition Hugues (Sous-titre)
Date de production
Vers 1886
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 31.2 cm
  • Largeur : 20.4 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Numéro - En haut, à droite, au crayon graphite "4"
Signature - Au crayon noir, en bas, à droite
Marque - Marqué au crayon graphite au revers
Description iconographique

Illustration pour "Les Chansons des rues et des bois", livre I "Jeunesse", section I "Floréal", poème VI "Quand les guignes furent mangées" :"Quand les guignes furent mangées,Elle s’écria tout à coup :— J’aimerais bien mieux des dragées.Est-il ennuyeux, ton Saint-Cloud !On a grand’soif ; au lieu de boire,On mange des cerises ; voi.C’est joli, j’ai la bouche noireEt j’ai les doigts bleus ; laisse-moi. —Elle disait cent autres choses.Et sa douce main me battait.Ô mois de juin ! rayons et roses !L’azur chante et l’ombre se tait.J’essuyai, sans trop lui déplaire.Tout en la laissant m’accuser,Avec des fleurs sa main colère,Et sa bouche avec un baiser."

Commentaire historique

"Les Chansons des rues et des bois" dans l'Edition Hugues paraissent en 10 livraisons, en 1886, qui furent regroupées dans le tome II de l'OEuvre poétique de Victor Hugo. Ce dessin y est gravé par Bellenger et inséré en hors-texte entre les page 8-9. Le recueil comprend trois illustrations dont les oeuvres originales ayant servi de modèles font partie des collections du musée : en page de titre, le dessin de Victor Hugo "Le Nid" qui avait été offert par le poète à Paul Meurice le 1er janvier 1868 pour être inclus dans son exemplaire de l'édition originale (voir MVHPD0186) ; entre les pages 54-55 "Le Semeur" de Ludovic Mouchot (voir MVHPD0354).

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
1903
Numéro d’inventaire
418D

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page