La chute

Zoom
La chute
Emile-Antoine Bayard (1837-1891). La chute. Illustration pour l'éditon Hugues du roman de Victor Hugo « Les Misérables ». Fusain sur papier. 1879-1880. Paris, Maison de Victor Hugo.© Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Les Misérables (V.Hugo)
La chute
Bayard, Emile-Antoine
Datation
Vers 1879 — 1880
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Bayard, Emile-Antoine (La Ferté-sous-Jouarre, 02–11–1837 - Le Caire, 12–1891), dessinateur
Dates
Vers 1879 1880
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
494

Informations détaillées

Auteur(s)
Bayard, Emile-Antoine (La Ferté-sous-Jouarre, 02–11–1837 - Le Caire, 12–1891), dessinateur
Date de production
Vers 1879 1880
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 53 cm
  • Largeur : 36.5 cm
Description iconographique

Illustration pour le roman de Victor Hugo, "Les Misérables", 1ère partie, "Fantine", livre 2e, "La chute", ce dessin se rapporte au chapitre 11, "Ce qu'il fait" et passage du texte suivant :" Il s’arrêta tout à coup. Il était près du lit. Il y était arrivé plus tôt qu’il n’aurait cru.La nature mêle quelquefois ses effets et ses spectacles à nos actions avec une espèce d’à-propos sombre et intelligent, comme si elle voulait nous faire réfléchir. Depuis près d’une demi-heure un grand nuage couvrait le ciel. Au moment où Jean Valjean s’arrêta en face du lit, ce nuage se déchira, comme s’il l’eût fait exprès, et un rayon de lune, traversant la longue fenêtre, vint éclairer subitement le visage pâle de l’évêque. Il dormait paisiblement. Il était presque vêtu dans son lit, à cause des nuits froides des Basses-Alpes, d’un vêtement de laine brune qui lui couvrait les bras jusqu’aux poignets. Sa tête était renversée sur l’oreiller dans l’attitude abandonnée du repos ; il laissait pendre hors du lit sa main ornée de l’anneau pastoral et d’où étaient tombées tant de bonnes œuvres et de saintes actions. Toute sa face s’illuminait d’une vague expression de satisfaction, d’espérance et de béatitude. C’était plus qu’un sourire et presque un rayonnement. Il y avait sur son front l’inexprimable réverbération d’une lumière qu’on ne voyait pas. L’âme des justes pendant le sommeil contemple un ciel mystérieux.Un reflet de ce ciel était sur l’évêque.C’était en même temps une transparence lumineuse, car ce ciel était au dedans de lui. Ce ciel, c’était sa conscience. "

Commentaire historique

Ce dessin pour l'Edition Hugues du roman de Victor Hugo, "Les Misérables", a été gravé par A. Bellenger pour servir de frontispice au livre 2 de la 1ère partie ("Fantine"), p. 81. Le titre du livre "La chute" y est ajouté dans le haut de la composition. Le moment illustré se rapporte au chapitre 11 de ce livre.Les fascicules de l'édition Hugues des "Misérables" ont paru à partir du 29 novembre 1879.

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
1903
Numéro d’inventaire
494

Prolongement

Exposition(s)

Titre
Les Misérables, un roman inconnu ? (Paris)
Dates
10/10/2008 - 01/03/2009
Institution
Maison de Victor Hugo (Paris)

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Sujet représenté

Retour vers le haut de page