Jeanne endormie

Zoom
Voir tous les visuels (2)
Jeanne endormie
Albert Fourié (1854-1937). "L'art d'être grand-père". Huile sur toile. s.d. Paris, Maison de Victor Hugo.© Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet
X
Zoom
Albert Fourié (1854-1937). "Jeanne Endormie". Illustration pour "L'art d'être grand-père" dans l'Edition Nationale. Huile sur toile. Grisaille. Paris, Maison de Victor Hugo.© Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (2)
L’Art d’être grand-père (V.Hugo)
Jeanne endormie
Fourié, Albert
Datation
Vers 1888
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Fourié, Albert (Paris, en 1854 - en 1937), peintre
Dates
Vers 1888
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
228

Informations détaillées

Auteur(s)
Fourié, Albert (Paris, en 1854 - en 1937), peintre
Autre titre :
Illustration pour "L'art d'être grand-père" (Edition Nationale) (Sous-titre)
Date de production
Vers 1888
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 44.3 cm
  • Largeur : 31.5 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Signature - En bas, à droite
Description iconographique

Illustration du poème de Victor Hugo de " L'Art d'être grand-père ", section XVII, poésie IV de " Jeanne endormie " :" L'oiseau chante ; je suis au fond des rêveries.Rose, elle est là qui dort sous les branches fleuries,Dans son berceau tremblant comme un nid d'alcyon,Douce, les yeux fermés, sans faire attentionAu glissement de l'ombre et du soleil sur elle.Elle est toute petite, elle est surnaturelle.Ô suprême beauté de l'enfant innocent !Moi je pense, elle rêve ; et sur son front descendUn entrelacement de visions sereines ;Des femmes de l'azur qu'on prendrait pour des reines,Des anges, des lions ayant des airs benins,De pauvres bons géants protégés par des nains,Des triomphes de fleurs dans les bois, des trophéesD'arbres célestes, pleins de la lueur des fées,Un nuage où l'Eden apparaît à demi,Voilà ce qui s'abat sur l'enfant endormi.Le berceau des enfants est le palais des songes ;Dieu se met à leur faire un tas de doux mensonges ;De là leur frais sourire et leur profonde paix.Plus d'un dira plus tard : Bon Dieu, tu me trompais.Mais le bon Dieu répond dans la profondeur sombre :— Non. Ton rêve est le ciel. Je t'en ai donné l'ombre.Mais ce ciel, tu l'auras. Attends l'autre berceau ;La tombe. — Ainsi je songe. Ô printemps ! Chante, oiseau ! "

Commentaire historique

Modèle pour une illustration gravée dans le volume " L'Art d'être grand-père" de l'Edition Nationale publié par Emile Testard et Cie, Paris, en 1888. L’œuvre est sans doute exposée sous le n° 465 de la collection Testard à la « Maison de Victor Hugo », ouverte au public, avenue Victor Hugo, en 1889 (bien que le catalogue indique un « dessin ») tandis que dix-huit autres dessins de Fourié, ayant servi aux vignettes de titres du même volume, sont mentionnés dans les « divers » sous le n° 499. Vendue lors de la vente de la collection Testard en 1896, la peinture fut finalement acquise, pour la création du Musée, par Paul Meurice auprès du marchand J. Karbousky, pour 125 fr., sur le signalement de Fortuné Méaulle : « Un marchand de tableaux vous montrera demain une petite huile de Fourié pour L’Art d’être grand-père. C’est celui qui est bien dans cette illustration inégale – mais celui là a des qualités – il en voulait 150 fr. et le laisse à 125. Voyez-le. » (lettre à Paul Meurice, conservée dans les archives du Musée).

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1903
Numéro d’inventaire
228

Prolongement

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page