Décor non localisé de Hauteville II, maison de Juliette Drouet à Guernesey

Auteur(s)
Hugo, Victor (Besançon, 26–02–1802 - Paris, 22–05–1885)
Dates
En 1863 1864
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Décor non localisé de Hauteville II, maison de Juliette Drouet à Guernesey

Informations détaillées

Auteur(s)
Hugo, Victor (Besançon, 26–02–1802 - Paris, 22–05–1885)
Date de production
En 1863 1864
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Description

Cet ensemble regroupe les panneaux de bois gravés et peint par Victor Hugo, les meubles, céramiques et objets dont il est pas possible d'identifier la localisation ni la fonction d'origine d'après les photographies des trois pièces connues. En effet, les six photographies que nous connaissons de Hauteville II ne nous donnent qu’une vision partielle des décors intérieurs, des pans entiers de murs – en particulier du côté des fenêtres – et certaines pièces nous demeurent inconnus. Les sources écrites, agendas de Victor Hugo ou lettre de Juliette Drouet ne nous apportent que peu d’informations complémentaires. Ainsi, il reste aujourd’hui impossible d’attribuer une localisation et une fonction à un certain nombre de panneaux peints et d’objets. Il est pourtant fort probable – on le sait par un exemple entré plus tardivement au musé (voir inv. n° 1280) – que les panneaux portent inscrits au revers des indications relatives à leur emplacement mais celles-ci n’ont pas été relevées lors de leur installation à la création du musée. Il faudra donc attendre une campagne d’étude pour recueillir ces informations.

Commentaire historique

En 1863, Juliette Drouet se résigne à quitter La Fallue, maison qu’elle habitait à Guernesey depuis 1857 et que Victor Hugo avait décoré en même temps qu’il aménageait Hauteville House. Le 18 mai 1863, elle signe un bail de location, enregistré le 19, pour la maison Domaille, située 20, Hauteville. Dès le 29 juin les travaux commencent. Ainsi, cette « maison Domaille » (du nom des précédents propriétaires), qui fut la première maison habitée par la famille Hugo à Guernesey en 1855-1856, devient donc, après « la Fallue », la seconde maison occupée sur l’île par Juliette Drouet. Elle est désormais appelée par Victor Hugo, « Hauteville II » (l’usage qui a longtemps prévalu de la nommer « Hauteville Fairy » repose sur une tradition peu justifiée). Victor Hugo décore cette nouvelle maison en réemployant les meubles et boiseries déjà réalisés pour La Fallue. Il les réinstalle selon la nécessité des lieux et surtout les complète en gravant et peignant, dans une polychromie très vive, de nombreux panneaux de bois, principalement avec des motifs chinois ou floraux. Conçu par Victor Hugo ce décor est réalisé sous sa direction avec les ouvriers de l’entreprise Putron, dont Tom Gor et Peter Mauger fils. Juliette Drouet et Victor Hugo acquièrent la maison conjointement par un contrat établi le 16 avril 1864 et enregistré le 19 avril. Les travaux ne sont pas encore terminés et Juliette ne s’installe que le 15 juin 1864. Selon les termes du contrat, Juliette Drouet a la jouissance « pendant sa vie seulement » de la maison dont la propriété reviendra, après sa mort, à Victor Hugo ou à ses héritiers. Ainsi en 1885, la maison passe-t-elle à Adèle, Georges et Jeanne Hugo, ces deux derniers la vendant, quelques années après la mort de leur tante, le 18 septembre 1920. De son côté, Louis Koch, neveu et héritier de Juliette Drouet, recevra à la mort de celle-ci en 1883, les meubles et les panneaux des décors. Il les fera transférer à Paris, puis en vendra la presque totalité à Paul Meurice en 1902-1903, pour la création du musée. Avec l’aide de Siegfried Bing, Meurice fait alors réarranger l’essentiel de ce décor – tel qu’il est toujours présenté – dans la « salle des panneaux peints et sculptés par Victor Hugo », aujourd’hui communément appelé « Salon chinois » (salle 3 de « l’appartement »), tandis que les meubles arrangés par Victor Hugo, sont présentés à part et, depuis, 1983, regroupés pour la plupart dans la « salle à manger » (salle 4 de « l’appartement »). Pour leur présentation sur la base des collections, les panneaux et les meubles sont regroupés en ensembles selon les pièces ou ils se trouvaient d’après les six photographies et la peinture qui documentent l’état d’origine des décors, « chambre », « salle à manger », « salon » auxquels s’ajoutent l’ensemble « non localisé ».

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1903
Contient :

Indexation

Retour vers le haut de page