Le pont sur la Loire dans La Grenadière

Zoom
Le pont sur la Loire dans La Grenadière
Takeshi Fukazawa (né en 1974). "La Grenadière". Technique mixte (huile et tempera) sur panneau. 2007. Paris, Maison de Balzac.© Stéphane Piera / Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Le pont sur la Loire dans La Grenadière
Fukazawa, Takeshi
Datation
2007
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Fukazawa, Takeshi (1979), peintre
Dates
2007
Type(s) d'objet(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Numéro d’inventaire
BAL 2010-31
Le pont sur la Loire dans La Grenadière

Informations détaillées

Auteur(s)
Fukazawa, Takeshi (1979), peintre
Date de production
2007
Type(s) d'objet(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Description iconographique

La peinture de Takeshi Fukazawa montre l’intérêt des Japonais pour un roman peu lu en France, La Grenadière, une des Scènes de la vie privée rédigée en 1832 et dont Balzac traite l’action – très secondaire – par allusions et petites touches, comme pour une esquisse. Ce roman a suscité la première adaptation cinématographique de Balzac au Japon, sous forme d’un « ganimé », procédé filmique exploitant les arts de l’image (photographie ou peinture), les techniques cinématographiques et sonores. Le film a été récompensé par un Soleil d’or du premier film au festival Kinotayo (festival du film japonais contemporain à l’ère du numérique).Takeshi Fukazawa a utilisé une technique mixte, unissant peinture à l’huile et à la tempéra pour un ensemble de panneaux, dans un second temps photographiés et partiellement retraités par informatique, avant d’être intégrés dans le film.C’est l’un de ces panneaux peints qui a été donné à la Maison de Balzac. Il représente Madame Willemsens et ses deux enfants sur le pont de la Loire, figurant ainsi les principaux protagonistes du récit contemplant la lumière du soleil couchant sur la Loire. Le paysage tourangeau, ses effets d’atmosphère au rythme des saisons, jouent un rôle central dans le récit et le peinture de Takeshi Fukazawa restitue parfaitement cette importance.Traitée en camaïeu de bleu et de violet, cette peinture propose deux points de fuite ; le premier à gauche, soulignée par la lumière, la Loire et les nuages s’enfuyant vers la mer et, à droite, l’autre avec les parapets du pont conduisant à des habitations à peine esquissées. La diffraction spatiale qui résulte de ce double point de vue, la pénombre accompagnant la disparition du soleil, la distance entre les personnages, le caractère silencieux et presque méditatif de cette oeuvre, rendent compte avec une grande acuité de la poésie et de la dimension métaphysique du roman de Balzac auxquelles le dessinateur comme le cinéaste ont été également sensibles.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Numéro d’inventaire
BAL 2010-31
Institution

Indexation

Artiste / Auteur

Type(s) d'objet(s)

Lieu d'exécution / réalisation

Retour vers le haut de page