Jeune femme nue

Zoom
Jeune femme nue
Théophile Gautier (1811-1871). "Jeune femme nue, 1831". Huile sur toile. Paris, maison de Balzac.Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Jeune femme nue
Gautier, Théophile
Datation
En 1831
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Gautier, Théophile (Tarbes, 31–08–1811 - Neuilly-sur-Seine, 23–10–1872), peintre
Dates
En 1831
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
BAL 98-210

Informations détaillées

Auteur(s)
Gautier, Théophile (Tarbes, 31–08–1811 - Neuilly-sur-Seine, 23–10–1872), peintre
Autre titre :
L'Innocence (Nom d'usage)
Date de production
En 1831
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 100.2 cm
  • Largeur : 81.8 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Signature - Signé et daté en bas à droite : "théophile gautier / Mai 1831"
Titre de l'oeuvre - Emile Bergerat dans son catalogue de l'oeuvre peint, dessiné et gravé de Théophile Gautier mentionne au numéro 19 "L'innocence. Composition à l'huile, de grandeur naturelle. C'est une figure nue, vue de face, de jeune fille blonde. Elle est couronnée de marguerites ; à la main droite, qui pend le long du corps, elle tient un bouquet des mêmes fleurs, parmi lesquelles se cache un lézard. Elle s'avance sur un chemin bordé de fleurettes et d'herbes sauvages, et à ses pieds se déroule un serpent symbolique"Ce titre ne s'adapte pas à l'état actuel de l'oeuvre
Description iconographique

Passé dans l'atelier de Rioult entre 1829 et 1830, Théophile Gautier hésite dans sa jeunesse entre la peinture et l'écriture. En mai 1831, Gautier peint une toile représentant une jeune fille, simplement vêtue d'une étoffe translucide nouée autour de ses hanches, la tête penchée, les yeux baissés, couronnée de marguerites. De la main droite, elle tient un bouquet de fleurs, parmi lesquelles se cache un lézard, possible allégorie de l’Innocence. Dans son catalogue de "L'Oeuvre peint, dessiné et gravé" de Gautier (1877), Bergerat signale une "Innocence" datée de 1827 que Gautier aurait offerte à la libraire Lucile Damarin. Sa description diffère néanmoins sur un point : "Elle s’avance sur un chemin bordé de fleurettes et d’herbes sauvages, et à ses pieds se déroule un serpent symbolique". Le tableau de la Maison de Balzac présente une jeune fille à mi-jambes et la toile ne paraît pas avoir été coupée au niveau des genoux. S’agit-il de la même oeuvre ? Était-ce un sujet de prédilection pour Gautier ?A l'instar d'autres oeuvres de jeunesse de Gautier, le tableau présente certaines maladresses dans les proportions, notamment dans le rendu du cou et des épaules, et particulièrement du buste.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
12121998
Numéro d’inventaire
BAL 98-210
Institution

Indexation

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page