Chaumière

Zoom
Chaumière
"Chaumière, dans Le Médecin de campagne". Dessin de Charles Huard (1874-1965) et gravure de Pierre Gusman (1862-1942) pour l'édition Conard des Oeuvres complètes de Balzac (1910-1940). Moulage en cuivre par galvanosplastie doublé de plomb et fixé sur une plaque de chêne. 1910-1915. Paris, Maison de Balzac.© Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Campagne - Chaumière - Cheminée - Forêt - Bois
Chaumière
Huard, Charles
Datation
1910 — 1950
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Dates
1910 1950
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
BAL99-411

Informations détaillées

Auteur(s)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Gusman, Pierre (Paris, 06–12–1862 - Grosrouvre, en 1942), graveur
Date de production
1910 1950
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 6.7 cm
  • Largeur : 10.1 cm
  • Epaisseur : 2.356 cm
Description

Matrice pour l'illustration du Médecin de campagne, Etudes de moeurs, Scènes de la vie de campagne de La Comédie humaine 2, volume 24, Paris, Editions Conard, 1910-1950, p. 131

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Au dos traces de crayon bleu : "Médecin de campagne / 131"
Description iconographique

Au milieu des branchages se cache une petite maison au toit de chaume couronnée de deux cheminées. Au premier plan, un homme tenant une canne discute avec une paysanne portant un enfant dans les bras. "Ils allèrent à pas lents le long d'un sentier bordé de deux haies d'épine blanche en fleur qui répandaient de pénétrantes odeurs dans l'humide atmosphère du soir. Les rayons du soleil entraient dans le sentier avec une sorte d'impétuosité que l'ombre projetée par le long rideau de peupliers rendait encore plus sensible, et ces vigoureux jets de lumière enveloppaient de leurs teintes rouges une chaumière située au bout de ce chemin sablonneux. Une poussière d'or semblait être jetée sur son toit de chaume, ordinairement brun comme la coque d'une châtaigne, et dont les crêtes délabrées étaient verdies par des joubarbes et de la mousse. La chaumière se voyait à peine dans ce brouillard de lumière ; mais les vieux murs, la porte, tout y avait un éclat fugitif, tout en était fortuitement beau, comme l'est par moments une figure humaine, sous l'empire de quelque passion qui l'échauffe et la colore. Il se rencontre dans la vie en plein air de ces suavités champêtres et passagères qui nous arrachent le souhait de l'apôtre disant à Jésus-Christ sur la montagne : Dressons une tente et restons ici. Ce paysage semblait avoir en ce moment une voix pure et douce autant qu'il était pur et doux, mais une voix triste comme la lueur près de finir à l'occident ; vague image de la mort, avertissement divinement donné dans le ciel par le soleil, comme le donnent sur la terre les fleurs et les jolis insectes éphémères." (extrait du "Médecin de campagne", 1833)

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
1999
Numéro d’inventaire
BAL99-411
Institution

Indexation

Theme representé

Retour vers le haut de page