Louis Lambert et le narrateur

Zoom
Louis Lambert et le narrateur
"Louis Lambert et le narrateur, dans Louis Lambert". Dessin de Charles Huard (1874-1965) et gravure de Pierre Gusman (1862-1942) pour l'édition Conard des Oeuvres complètes de Balzac (1910-1940). Moulage en cuivre par galvanosplastie doublé de plomb et fixé sur une plaque de chêne. 1910-1915. Paris, Maison de Balzac.© Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
otros imágenes (1)
Ecole - Porte
Louis Lambert et le narrateur
Huard, Charles
Datación
1910 — 1950
Museo
Casa de Balzac
Autor(es)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Fecha
1910 1950
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Número de inventario
BAL99-511
Louis Lambert et le narrateur

Información detallada

Autor(es)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Gusman, Pierre (Paris, 06–12–1862 - Grosrouvre, en 1942), graveur
Fecha de producción
1910 1950
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Dimensiones - Œuvre
  • Hauteur : 6.7 cm
  • Largeur : 9.8 cm
  • Epaisseur : 2.356 cm
Descripción

Matrice pour l'illustration de Louis Lambert, Etudes philosophiques de La Comédie humaine 5, volume 31, Paris, Editions Conard, 1910-1950, p.105

Descripción iconográfica

Malade, le narrateur est forcé de quitter l'Oratoire de Vendôme, pensionnat où il fréquente Louis Lambert. Il lui fait ses adieux après avoir dîné une dernière fois avec lui. Le narrateur, sa mère et Louis Lambert se trouvent devant la porte de l'établissement fermé par de hauts murs et entouré d'arbres."Sur mon désir, ma mère obtint la permission de le faire dîner avec nous à l'auberge. A mon tour, le soir, je le ramenai au seuil fatal du collége. Jamais amant et maîtresse ne versèrent en se séparant plus de larmes que nous n'en répandîmes. -- Adieu donc ! je vais être seul dans ce désert, me dit-il en me montrant les cours où deux cents enfants jouaient et criaient. Quand je reviendrai fatigué, demi-mort de mes longues courses à travers les champs de la pensée, dans quel coeur me reposerai-je ? Un regard me suffisait pour te dire tout. Qui donc maintenant me comprendra ? Adieu ! je voudrais ne t'avoir jamais rencontré, je ne saurais pas tout ce qui va me manquer." (citation de "Louis Lambert", 1832)

Áreas temáticas / temas / lugares representados :
Personne / Personnage représenté
Forma de adquisición
Fecha de adquisición
1999
Número de inventario
BAL99-511
Institución

Indización

Theme representé

Retour vers le haut de page